Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Simple(men)

Simple(men)

Chroniques musicales


The Psychotic Monks - Private Meaning First (2019)

Publié par sonicdragao sur 22 Septembre 2019, 07:00am

Catégories : #2019, #The Psychotic Monks, #France, #Vicious Circle

The Psychotic Monks - Private Meaning First (2019)

Chronique pour une découverte de 2019: The Psychotic Monks!

Découvert à l'occasion des dernières Eurockéennes, la musique chaotique et habitée de ce quatuor m'avait fait grande impression. Et ce n'est pas l'écoute de ce Private Meaning First, deuxième album furieux et sombre qui risquait de modifier mon opinion.

C'est une musique dense, monolithique, cathartique et abrasive à laquelle on doit faire face. L'artwork minimaliste noir-blanc de la pochette aurait pourtant du nous alerter. Ca sentait pas la chanson de l'été! Malgré les ombres familières de Joy Division ou Sonic Youth qui flottent dans ces titres hantés, le choc est rude à la première écoute. 9 titres froids et crépusculaires portés par une voix blanche proche de l'incantation. Parfois chaotique, parfois lancinante, cette musique ne s'apprivoise pas facilement. Le son est parfois aussi agréable qu'une pierre à poncer gros grain. Et les rapprochent parfois des siphonnés de A Place to Bury Strangers. Mais le groupe impressionne également par sa capacité à maîtriser le silence. Dès le titre inaugural "(Chapter one: every word has to be told) Pale Dream", c'est une ambiance inquiète et lourde qui s'installe sur quelques notes de piano. Assez sublime dans le genre minimaliste. Bon après, "Isolation" te met la grosse mandale post-punk de 7 minutes que t'avais pas vu venir. Rythmique cinglante, chant incantatoire, explosions de power chords, ces gars-là sont à la recherche d'une transe rock faite de bruit blanc. Mais soudain, le tempo se ralentit, la rythmique se fait lourde, la guitare plus aventureuse, le chant plus mélodieux et on n'est pas loin de côtoyer les canadiens du Godspeed des années 2010. Une réussite. Et si le groupe joue les petites frappes post-punk ("A Coherent Appearance" bien énervé, un "A self claimed regress" martial et presque expérimental), il est aussi capable de tutoyer les sommets froids et glacés jadis arpentés par Joy Division. Comme sur l'excellent "Minor Division", morceau fleuve de 9 minutes entre post-punk élégant (les 3 premières minutes!) et post-rock minimaliste et inquiet. Acouphènes garantis à fort volume sur une dernière minute au grain sonore sursaturé. Ces gars-là sont clairement  là pour faire du sale. De l'abrasif, celui qui te met mal à l'aise, qui te fait descendre le volume pour pas effrayer le voisin. Et pourtant, c'est addictif comme sur le parfait "Confusions", 3 minutes chrono. Presque un tube. Efficace et puissant. Ou "Closure", complètement barré et idéal pour une messe noire noisy. Brève accalmie en milieu d'album, "(Chapter two: Interzone) Emotional Disease" réinstalle l'ambiance lancinante du premier chapitre. Mais cette fois-ci, on entrevoit un peu la lumière au fond du tunnel. Et après les chapitres, on devait forcément trouver un petit "(Epilogue) Every Sight". En fait, presque 16 minutes! La claque! Post-rock en hypothermie enregistré dans la nuit noire. Chant erratique mais complètement habité. Pas donné à tout les groupes de pondre un titre aussi ambitieux. Impressionnant de maîtrise. 

2019. C'est confirmé. Le rock français poursuit son invasion. En loucedé. Dans le maquis. A l'ombre des médias mainstream, une jeune génération sans complexes et avec une grosse ambition, et les outils sommaires mais ô combien sacrés et purs du Do It Yourself, infiltre les playlists. Et balance des disques de haute volée. Dans tout les styles. The Psychotic Monks, à l'instar de Lysistrata, Mars Red Sky ou Last Train cet automne, signe un grand disque de 2019. Sombre, inquiétant, chaotique mais terriblement addictif. French rock rules!

 

Tracklist:

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Salut,<br /> <br /> Merci pour ce nouveau groupe français à découvrir je vais commencer à avoir du mal à suivre la cadence :) !<br /> <br /> a+
Répondre
C
Bonjour, <br /> Un partage que j'apprécie, un son qui ressemble à son patronyme... et je ne peux pas m'empêcher à Death in Végas en 2003.<br /> Bonne journée<br /> @mitiés
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents